En bref
C.D., Janvier 2017

• Après Beyrouth, Ammiq, Deir el-Qamar et Jrebta, le réseau de restaurants Tawlet poursuit son expansion à travers le Liban avec une nouvelle ouverture prévue au printemps 2017 à Saïda. Situé dans une maison traditionnelle des souks, en face du vieux port, ce nouvel établissement est le fruit d’un partenariat entre Tawlet, qui gère les opérations, et la Fondation Hariri, qui prend en charge l’investissement. Côté chambres d’hôte, le réseau Beit est aussi sur le point de s’agrandir avec une nouvelle adresse dans la région de Nabatiyé. Cette demeure ottomane développée avec ses propriétaires, la famille Darwish, sera ainsi la quatrième chambre d’hôte gérée par Beit après Douma, Deir el-Qamar et Ammiq.

• Rue de Damas, le restaurant libanais et café oriental Bilbol ferme ses portes. L’établissement de 650 m2 répartis sur deux étages avait ouvert en septembre 2015 et pouvait accueillir jusqu’à 300 personnes assises pour un ticket moyen autour de 35 dollars par tête. Bâti de toutes pièces sur le terrain d’un ancien parking, Bilbol avait coûté plus de trois millions et demi de dollars à son propriétaire Rabih Mokbel. C’est finalement un concept similaire, la chaîne de restaurants libanais Keif, qui reprend le lieu. Avec cette nouvelle ouverture, Keif porte à cinq le nombre de ses enseignes au Liban.

• À Mar Mikhaël, le restaurant espagnol Bar Jamon cède sa place au Sushi d’acoté, un nouveau concept japonais développé par les fondateurs des marques Olio, Soto, acoté et Prune. « Bar Jamon correspond à une niche tandis que le sushi va attirer une clientèle plus large », explique Samer Maroun, le propriétaire qui a investi moins de 10 000 dollars pour ce changement d’enseigne. Ce nouvel établissement d’environ 20 m2 avec une terrasse peut accueillir une trentaine de personnes pour un ticket moyen autour de 30 dollars.

• Le groupe Addmind a lancé un nouvel établissement avenue Charles Hélou dans le quartier de Saïfi. Situé sur un emplacement de 330 m2, qui peut accueillir jusqu’à 130 clients, Bar du Port est un bistrot gastronomique, complété par un bar et un bar à vins. Au menu, une cuisine internationale pour un ticket moyen autour de 65 dollars par personne. « Pour ce nouveau restaurant, nous avons choisi de nous positionner au cœur d’une ancienne zone industrielle redynamisée par l’arrivée de nouvelles entreprises », dit Karine Khoueiry, directrice marketing du groupe, qui a d’ailleurs installé ses nouveaux bureaux dans le quartier.


Hôtellerie & tourisme précédents