Les grands groupes hôteliers continuent d’investir au Liban
C. D., Octobre 2015

Malgré les menaces sécuritaires, l’instabilité politique et le manque criant d’infrastructures, les groupes hôteliers internationaux, aussi bien opérateurs qu’investisseurs, maintiennent leur pari sur le Liban. Avec le Golden Tulip Achrafié et le Golden Tulip Jounié, le groupe Louvre Hôtels porte à sept le nombre d’établissements quatre étoiles qu’il gère au Liban. « Grâce à ces hôtels, nous allons promouvoir des packages pour encourager le tourisme local », explique Amine Moukarzel, président de la marque Golden Tulip Mena. L’hôtel de Jounié proposera dès 2016, 60 chambres et suites pour un investissement de 12 millions de dollars.
Au centre-ville de Beyrouth, c’est le géant asiatique Mandarin oriental qui prend la gestion d’un nouveau complexe de luxe. « Ce nouvel établissement représente une étape importante pour l’implantation de la marque Mandarin oriental au Moyen-Orient », affirme Édouard Ettedgui, directeur général du groupe. L’hôtel qui doit ouvrir en 2018 sera composé de deux bâtiments, en cours de développement par la multinationale saoudienne Olayan Group. Une première tour dite “sud” accueillera 280 chambres et suites ainsi que 25 appartements, tandis qu’une tour “nord” abritera 103 résidences de luxe. Tout en gardant son cachet oriental, l’architecture reprendra des éléments libanais, notamment la pierre jaune. Signature du Mandarin oriental à travers le monde, le spa, sera accompagné à Beyrouth d’un centre de fitness et de piscines intérieures et extérieures.

 


Indicateurs liés

Hôtellerie & tourisme précédents