Immobilier

Interview
Aline Abboud : « Il y a une demande pour les bureaux au nord de Beyrouth »

Les studios se multiplient à Achrafié

Interview
Aline Abboud : « Il y a une demande pour les bureaux au nord de Beyrouth »
Guillaume Boudisseau, Octobre 2016
Après les projets Saifi 477 et Les Bois de Bickfaya, Imar Properties complète son portefeuille immobilier avec un projet de bureaux, V Tower. Situé à Zalka, sur l’autoroute reliant Beyrouth
à Jounié, cet immeuble d’affaires propose plus de 3 800 m2 de bureaux. Entretien avec Aline Abboud, responsable des ventes.

La périphérie de Beyrouth compte déjà plusieurs projets d’affaires en construction. Ne pensez-vous pas que le marché des bureaux est saturé ?
Nous avons un excellent emplacement sur une parcelle de
1 340 m2 à côté de La Cigale avec une belle exposition. Entre Nahr el-Mott et Dbayé (où le projet Waterfront mise sur le segment des bureaux NDLR), il n’y a plus de bureaux neufs en construction en vente. Il y avait un créneau à prendre. Un chantier à côté de nous a déjà prévendu tout son stock de bureaux. Cela prouve qu’il y a une demande.

Comment se structure V Tower ?
Nous avons un podium commercial avec environ 2 500 m2. Les emplacements le long de l’autoroute sont affichés à 12 000 dollars le m2 au rez-de-chaussée. Le premier étage a une terrasse et une mezzanine. Cela pourrait intéresser un restaurant.
Ensuite, V Tower compte dix étages de bureaux avec quatre unités de 87 à 105 m2 par niveau, soit un total de 40 bureaux. Mais en fonction de la demande, les unités pourront être jointes pour avoir des surfaces plus larges. Le prix demandé est de 3 800 dollars le m2. Il augmente de 75 dollars le m2 par étage. Le projet sera lancé d’ici à quelques semaines et les travaux seront terminés en 2020.

Pourquoi avoir baptisé le projet V Tower ?
L’architecture de l’immeuble a été confiée au bureau Erga. Le design et la forme du projet qui font penser à un V ont inspiré le nom du projet.

Votre second projet Saifi 477 se trouve à Saïfi. Comment se déroulent les ventes ?
Nous sommes très satisfaits. Nous savons que le marché immobilier à Beyrouth est actuellement difficile, mais Saifi 477 est demandé et notre taux de vente est encourageant. Nous sommes à plus de 45 % de ventes alors que le chantier ne sera pas fini avant 2019. Sur un total de 51 appartements, 28 sont des unités de 167 m2 avec deux chambres à coucher. Nous en avons déjà vendu 20, soit plus de 71 % du stock. Le prix de départ est de 4 400 dollars le m2.

Quel est le profil de vos clients ?
Les acheteurs sont principalement des expatriés. Le bouche-à-oreille a très bien fonctionné. Beaucoup de propriétaires sont amis ou ont des connaissances en commun.

Comment expliquer que ce projet plaise aux expatriés ?
Imar Properties appartient au groupe Imar qui travaille dans la construction depuis 2000 dans les pays du Golfe. Les Libanais expatriés nous connaissent. Ils ont entendu parler des projets dans lesquels nous avons travaillé comme la construction du nouvel aéroport international de Doha. Ce sont nos meilleures cartes de visite. Sur le marché libanais, nous avons également de nombreux projets de construction à Beyrouth où notre image gagne en crédibilité. Plus nous sommes visibles sur le marché et plus notre notoriété augmentera.

Où se trouve exactement votre troisième projet, Les Bois de Bickfaya ?
Le projet est une résidence privée avec huit petits immeubles répartis sur une parcelle de 12 500 m2 à la sortie de Bickfaya en bordure de la forêt de Naas. Il y a 63 appartements de 140 à 288 m2. La résidence compte aussi une salle polyvalente, un espace de jeux pour les enfants et une salle de gym. C’est un produit spécifique qui vise les familles à la recherche d’une maison secondaire, une résidence d’été ou d’un pied-à-terre.

Quels sont les budgets des appartements ?
En fonction des emplacements, la grille de prix varie de 2 100 à 2 300 dollars le m2. Ainsi, le premier prix est moins de 300 000 dollars.


Noms cités : Aline Abboud, Erga, Imar Properties, Groupe Imar
Les interviews
Les nouveaux projets