Immobilier

Interview
Aysar Abillama : « Parallel Towers est un projet pilote »

De plus en plus de centres commerciaux

Interview
Aysar Abillama : « Parallel Towers est un projet pilote »
Guillaume Boudisseau, Avril 2012
Injaz Holding développe de grands projets commerciaux et résidentiels à la périphérie de Beyrouth dont Parallel Towers (16 000 m2 de bureaux) et Tilal al-Fanar (33 000 m2 de surfaces résidentielles). Entretien avec Aysar Abillama, architecte et CEO d’Injaz Holding.

Où se trouve le projet Parallel Towers ?
Parallel Towers se situe sur une parcelle de 6 500 m2 à proximité du centre Freeway dans le secteur de Dekouané. Le projet se compose de deux tours indépendantes de 15 et 19 étages. Chaque étage fait 450 m2 sauf les 10e et 11e étages qui relient les deux tours avec une surface de 1 000 m2 chacun. Parallel Towers compte également 4 000 m2 d’espaces commerciaux. La livraison est prévue en mai 2012.

Pourquoi avoir investi dans l’immobilier d’affaires ?
Nous possédions cette parcelle depuis de nombreuses années. À partir de 2007-2008, nous avons senti une demande accrue pour des bureaux. Par exemple, le centre Freeway affichait un excellent taux de remplissage. Le moment était donc opportun pour répondre à un manque. Depuis, Parallel Towers a donné une nouvelle dimension à ce quartier, puisque cela a encouragé un promoteur à construire un nouveau projet d’affaires adjacent à nous.

Vos bureaux sont-ils à vendre ou à louer ?
Dans un premier temps, les espaces de bureaux étaient à la vente. Ainsi, environ 60 % du stock a été vendu. Désormais, nous privilégions la location. Idem pour les espaces commerciaux. L’intérêt pour la vente étant réduit, nous allons mettre toutes les boutiques en location.

Qui sont vos clients ?
La demande est venue principalement de grandes entreprises, puisque nous ne voulions pas vendre de petites unités. Pourtant la demande était très forte pour des bureaux de 100 à 200 m2. Ainsi, certains clients ont pris des surfaces de 900 à 1 350 m2. Il s’agit d’entreprises à la recherche de larges surfaces dans un centre facile d’accès. Nous avons eu également quelques investisseurs qui veulent mettre leur bien sur le marché locatif.

Avez-vous d’autres projets à Beyrouth ?
Nous venons de terminer un immeuble d’appartements à Brasilia devant l’hôpital Saint Charles avec des simplex de 310 m2 et des rez-de-jardin et des duplex de 425 à 500 m2. Nous avons aussi des complexes résidentiels à Mazraat Yachouh et Dbayé. Mais prochainement, nous allons démarrer les travaux de Tilal el-Fanar, un complexe résidentiel de 180 appartements avec des simplex de 125 et 160 m2, des duplex et huit rez-de-jardin. Le projet comporte des espaces verts, une piscine, une garderie et un club de sport.

Quel est votre profil de clients ?
Nous ciblons les jeunes couples avec enfants qui n’ont pas le budget pour acheter à Beyrouth. Ils recherchent de petits logements bon marché. C’est pour cela que nous cherchons toujours à optimiser les surfaces en suivant les nouvelles habitudes des gens. Ainsi, les notions de salle à manger et de large cuisine sont remises en cause. Désormais, en réorganisant les espaces correctement, nous pouvons proposer des appartements de 92 à 125 m2 avec deux à trois chambres.

Comment voyez-vous le marché immobilier actuellement ?
L’offre n’est pas adéquate à la demande et, paradoxalement, il y a de nombreux projets résidentiels à Beyrouth.

Depuis quand êtes-vous dans la promotion immobilière ?
Depuis 1988, nous avons développé une vingtaine d’immeubles dans le Grand Beyrouth, soit environ 600 appartements, bureaux et commerces. La Holding Injaz regroupe plusieurs sociétés à la fois dans la promotion des projets, l’architecture, la construction et la gestion immobilière.


Noms cités : Aysar Abillama, Injaz Holding
Les interviews
Les nouveaux projets