Immobilier

Interview
Pierre Nasr : « L’été 2010 a été plus calme que celui de 2009 »

Nouveaux projets
Qanat Gardens
Factory Lofts

Pierre Nasr : « L’été 2010 a été plus calme que celui de 2009 »
Guillaume Boudisseau, Octobre 2010
Mots clés : immobilier, interview
Présent dans l’immobilier depuis une dizaine d’années, Pierre Nasr et ses partenaires multiplient les projets résidentiels à Achrafié et à Horch Tabet.

Combien de projets avez-vous actuellement en cours de construction ?
Nous allons prochainement livrer deux projets à Achrafié. Le premier est Sursock 197 dans le quartier du même nom. C’est un immeuble de 17 simplex de 485 m2 avec un duplex d’environ 900 m2. L’architecture est signée du cabinet Erga. Il nous reste deux simplex et le penthouse à la vente. Le second projet se situe entre l’hôtel Alexandre et la place Sassine. L’immeuble qui a été dessiné par Insight Architecture propose huit unités de 235 m2 et un duplex de 360 m2. Ce dernier est encore sur le marché.
Au cours de l’automne 2010, nous allons démarrer l’excavation d’un nouvel immeuble : Achrafieh 1461.

Où se trouve ce dernier projet ?
Achrafieh 1461 se situe derrière le siège social de la Banque Byblos à l’angle des rues Georges Naccache et Khaïrallah. La parcelle a été achetée fin 2009. Proche de Sassine et de l’ABC, le quartier est en plein renouveau. Il est facile d’accès, calme et très résidentiel. De plus, les prix y sont inférieurs de 25 % par rapport à Furn el-Hayek.
L’immeuble totalise 24 unités principalement de 195 et 275 m2. Dix appartements ont déjà été vendus dont 70 % des 275 m2. Achrafieh 1461 est notre second projet dans ce secteur après la vente d’Achrafieh 1457 qui proposait des logements de 175 m2.

Quel est le profil de vos clients ?
80 % d’entre eux sont des résidents et le reste des expatriés. Il s’agit de nouveaux mariés, de personnes à la recherche d’un plus grand logement ou de gens qui veulent déménager vers un autre quartier. Pour nos projets à Achrafié, ce sont parfois des résidents du quartier qui vivent à côté de notre immeuble et achètent un appartement pour leur enfant.

Quel bilan tirez-vous de l’été 2010 ?
L’été 2009 a été plus dynamique. Nous l’expliquons par le fait que l’offre est de plus en plus importante. La concurrence est forte. Les clients ont le choix, ils tournent d’un projet à un autre avant de trouver le bien recherché.

Comment choisissez-vous les emplacements de vos projets ?
La clé est de trouver de bons emplacements. Par exemple, l’achat de la parcelle Achrafieh 1461 s’est concrétisé très rapidement. Une fois que nous sommes convaincus par la localisation, nous sommes prêts à payer le prix. Notre stratégie n’est pas de convaincre nos clients par l’emplacement de nos projets. S’ils viennent à nous, c’est qu’ils apprécient l’adresse.

Comment expliquez-vous vos performances de vente ?
Nous misons sur l’emplacement et la qualité de nos constructions et des matériaux utilisés. Ensuite, le bouche-à-oreille fonctionne bien. Nos anciens clients font la promotion de nos projets.

Depuis combien d’années êtes-vous dans l’immobilier ?
Nous sommes dans la promotion immobilière depuis une dizaine d’années. Nous avons construit au total sept à huit immeubles principalement à Achrafié et à Horch Tabet. Pour chaque projet, nous sommes associés avec des partenaires qui peuvent être différents d’un projet à un autre.  À l’origine, notre famille est spécialisée dans la savonnerie. Mais nous travaillons également dans l’exécution des travaux électromécaniques et dans la vente des produits pour différentes industries avec notre société d’import Chemical Plus.

À l’avenir, vers quelles régions voulez-vous vous focaliser ?
Nous allons prochainement commencer un nouveau projet à Horch Tabet. Développer de nouveaux projets à Achrafié n’est pas actuellement une priorité. Nous sommes tentés d’exploiter le créneau des villas de 250 m2 à la montagne, soit dans la seconde périphérie de Beyrouth. Le site doit avoir un accès facile et être de 30 à 40 minutes de la capitale.


Noms cités : Banque Byblos, Erga, Chemical Plus, Insight Architecture, Pierre Nasr
Les interviews
Les nouveaux projets