Immobilier

Interview
Walid Moussa : « Il est urgent de réglementer la profession d’agent immobilier »
Ziad Maalouf : « Nous avons doublé nos ventes en 2011 »

Foch-Allenby, le carré d’or du centre-ville

Nouveaux projets
Jeita 373

Interview
Walid Moussa : « Il est urgent de réglementer la profession d’agent immobilier »
Lucien Chardon, Mai 2012
Secrétaire général de la Real Estate Association of Lebanon (REAL), Walid Moussa revient sur les objectifs de cette association de professionnels de l’immobilier et pointe du doigt le manque d’organisation du secteur.

Comment présenter la REAL ?
La REAL a été lancée en février 2010, elle regroupe les principaux agents et consultants immobiliers du Liban. Elle compte actuellement 70 membres, actifs dans toutes les régions libanaises. L’association est financée à travers les cotisations annuelles de ses membres, des apports de certains de ses adhérents et de différentes institutions économiques. Les principaux objectifs de REAL sont de réglementer le marché immobilier, de former les professionnels du secteur et d’offrir une meilleure protection du consommateur.

Quelles ont été vos réalisations lors de vos deux premières années d’existence ?
Nous avons commencé à former les agents immobiliers de REAL en organisant des sessions sur le thème du courtage immobilier sur une période de deux mois. Nous avons aussi rédigé un code d’éthique régissant les relations entre les agents immobiliers, et entre les agents et les consommateurs. Cette charte prévoit par exemple de respecter la transparence et le secret d’information lors des transactions immobilières, de ne pas violer les lois, de garantir une qualité de service au consommateur et des relations équitables entre agents. Elle prévoit que REAL joue le rôle d’arbitre en cas de conflits. L’association, après s’être fait connaître auprès des institutions libanaises, a aussi étendu ses partenariats à l’étranger.

Avec quelles organisations avez-vous conclu des partenariats ?
En octobre 2011, la REAL a été la première association d’un pays arabe à intégrer la Fédération internationale des professions immobilières (FIABCI). Ce qui nous permet d’échanger des informations, des connaissances, des opportunités d’affaires avec de nombreux professionnels du secteur. La FIABCI organise de nombreux séminaires dans le monde et notre intégration nous a permis de participer en mars à la MIPIM, à Cannes, l’un des plus grands événements mondiaux de l’immobilier. Nous avons également signé un protocole d’accord avec le syndicat koweïtien de l’immobilier et, en mars 2012, avec le SNPI, l’un des deux grands syndicats français de l’immobilier. Nous allons pouvoir bénéficier de leur expertise en matière de réglementation du marché. La REAL a également entamé des négociations pour adhérer à la NAR, l’association nationale américaine des agents immobiliers, qui regroupe 1,2 million d’adhérents, et au Conseil européen des professions immobilières, le CEPI.

Quels sont les principaux problèmes que rencontre actuellement le secteur immobilier au Liban ?
Le marché ne bénéficie pas d’une bonne image, car il est désorganisé. Au Liban, n’importe qui peut se proclamer agent immobilier, du coiffeur au politicien qui veut faire des affaires. Il est urgent de réglementer la profession d’agent immobilier, lui garantissant des droits et lui imposant des obligations, car les lois sont pour l’instant floues. Il manque aussi d’informations fiables sur le marché : il n’existe pas d’indice des prix, de distinction des différents types de transactions, les informations sur le secteur sont éparpillées au sein de différents organismes comme le ministère des Finances, l’ordre des ingénieurs… Nous souhaiterions créer une base de données unique à REAL qui regroupe tous les indicateurs. Les organismes publics n’ont aucune stratégie, ni vision claire du marché immobilier, alors que ce secteur constitue l’un des piliers de l’économie libanaise. Notre mission est aussi de faire du lobbying, afin d’aider à une prise de conscience de l’État libanais.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?
Nous sommes actuellement en train de préparer un manuel pour les professionnels sur les professions immobilières, en coopération avec l’Université américaine de Beyrouth. Il devrait sortir en librairie cette année. Un enseignement sur les professions immobilières est également prévu à l’AUB. La REAL a également entamé des démarches pour passer du statut d’association à celui de syndicat, le but ultime étant d’arriver ensuite à obtenir la création d’un ordre des professionnels de l’immobilier. Il sera indispensable d’en faire partie pour exercer la profession d’agent immobilier. Ce statut nous permettra de proposer des projets de loi de réglementation du marché plus facilement.


Noms cités : Real Estate Association of Lebanon (REAL), Walid Moussa
Les interviews
Les nouveaux projets