Immobilier

Interview
Christine Ozeir : « L’architecte a eu carte blanche »

Fléchissement de l’immobilier d’affaires à Beyrouth

Fléchissement de l’immobilier d’affaires à Beyrouth
G. B., Mai 2017
Selon l’agence de conseil immobilier Ramco, 191 528 m2 de bureaux sont actuellement en construction à Beyrouth. C’est la seconde année consécutive que le stock et le nombre de chantiers sont en baisse. À l’image du marché immobilier en général,
le secteur d’affaires marque le pas.

Trente-deux projets d’affaires sont actuellement en chantier dans Beyrouth municipe. C’est 6 % de moins qu’en 2016. La baisse était déjà de 8 % de 2015 à 2016. Seulement six projets ont été lancés en 2016. Ces chiffres illustrent une baisse de l’appétit des promoteurs pour le démarrage de nouveaux projets de bureaux à Beyrouth. Cette timidité contraste avec la dynamique spectaculaire observée dans la proche périphérie de Beyrouth où les chantiers se multiplient de Dbayé à Baabda en passant par Sin el-Fil.
La baisse des investissements s’explique également par les performances en demi-teinte des immeubles récemment livrés. Sur les 32 000 m2 de bureaux terminés en 2016, 13 000 m2 sont toujours à la vente, soit un taux de vente de 60 %. Ce chiffre confirme que la demande n’a pas suivi la multiplication des projets au cours des dernières années et que le marché a atteint actuellement un point de saturation.
À ce jour, une infime minorité de promoteurs misent sur le marché locatif, puisque 94 % du stock en construction est à la vente. En fonction de la qualité des produits et des emplacements, la gamme des prix varie du simple au double. Le projet le moins cher (3 300 dollars le m2) se trouve à Mar Élias et le plus cher (7 000 dollars le m2) est au centre-ville à côté des Souks de Beyrouth.
À Beyrouth, 62 % des projets sont des immeubles entièrement de bureaux. Douze immeubles mixtes associent des bureaux et des appartements.
Avec 20 projets sur 32, Achrafié totalise 116 658 m2 de bureaux, c’est 61 % du stock en construction dans la capitale. 50 % de ce stock doit être livré au cours de 2017. Ainsi, peu de nouveauté au cours des derniers mois, puisqu’un seul projet à proximité du Beirut Art Center, le long du fleuve de Beyrouth, a démarré en 2016.
La périphérie sud d’Achrafié, qui regroupe les secteurs Badaro, Adlié, Corniche du Fleuve et Fiat, continue de s’affirmer comme une future destination d’affaires. Plus de 75 000 m2 de bureaux y sont en construction.
Comme en 2015, aucun projet d’affaires n’a été lancé en 2016 au centre-ville de Beyrouth. Le secteur de Solidere totalise toujours quatre projets en cours dont deux (Saifi Plaza et Beirut Central) le long du boulevard Fouad Chéhab. Au total, plus de 25 000 m2 de bureaux sont à la vente à la périphérie sud du centre-ville. La grille des prix commence à partir de 5 200 dollars le m2. À l’opposé, les valeurs des bureaux les plus élevées de Beyrouth se situent à Minet el-Hosn entre le centre Starco et les Souks de Beyrouth. Le mètre carré tourne autour de 7 000 dollars le m2.
Huit projets de bureaux sont en construction dans la partie occidentale de Beyrouth. La surface de bureaux (43 421 m2) a quasiment doublé depuis 2016. Mais aucun projet n’a été lancé à Hamra ni à Verdun. Une nouvelle dynamique a été observée vers des secteurs plus faciles d’accès où l’offre était encore limitée comme le long de la rue Spears et surtout dans les quartiers Unesco, Ramlet el-Baïda et Jnah. À proximité de l’hypermarché Monoprix, le projet The Address totalise environ 7 000 m2 de bureaux. Les prix commencent à partir de 4 250 dollars le m2. Cette nouvelle offre de bureaux au sud de Beyrouth permet de renforcer l’attractivité de cette partie de la capitale dont la structure résidentielle et commerciale était déjà développée.


Noms cités : Solidere
Les interviews
Les nouveaux projets