Immobilier

Interview
Bassim Halaby : « Nous offrons des formules de location avec option d’achat »

La rue Omar Daouk, l’adresse d’affaires la plus chère de Beyrouth

La rue Omar Daouk, l’adresse d’affaires la plus chère de Beyrouth
G. B., Janvier 2017
Les quatre rues d’affaires les plus chères de la capitale en 2016 se trouvent au centre-ville de Beyrouth, selon une étude de la société de conseil immobilier Ramco.

Malgré une baisse des loyers d’environ 5 % au cours de l’année écoulée, le centre-ville de Beyrouth reste la destination d’affaires la plus chère du pays.
Avec un loyer annuel de 330 dollars par mètre carré annuel (sans les charges), la rue Omar Daouk qui s’étire du secteur Bab Idriss à l’ancien Holiday Inn occupe la première place des destinations d’affaires les plus onéreuses de Beyrouth. La majorité des loyers y varie de 300 à 350 dollars le m2, mais le haut de gamme peut flirter avec la barre de 400 dollars le m2 par an. Cette adresse compte plusieurs immeubles de standing (M1 Building, The Palladium, 2 Park Avenue et Stratum) avec des prestations de qualité : facilités de parking, lobby soigné, architecture moderne. Facile d’accès, la rue Omar Daouk se trouve dans une partie du centre-ville qui n’a pas été affectée par les manifestations de l’été 2015 ni par les mesures de sécurité liées au fonctionnement du Parlement. Cette spécificité en fait une adresse appréciée par les grosses compagnies locales et internationales.
Les secteurs Allenby et Foch offrent un environnement atypique : anciens bâtiments rénovés, nouveaux immeubles de bureaux ultramodernes, rues piétonnes. Les petits bureaux de 100 m2 y sont très demandés. La moyenne des loyers va de 260 à 322 dollars le m2.
Les centres d’affaires Gefinor et Weavers avec des prix de 205 à 280 dollars le m2 par an permettent à la rue Clemenceau de se hisser à la cinquième place du classement.
L’avenue Charles Malek est un centre d’affaires recherché par les ambassades et les compagnies bancaires. Plusieurs immeubles (Borj al-Ghazal, 812 Tabaris, Quantum, The Nederlands Tower, L’Ellipse et Sofil) lui donnent un cachet moderne et élégant. La moyenne des loyers est de 242 dollars par m2.
La septième place est occupée par l’avenue Pierre Gemayel (de la place du Musée national au secteur de la Fiat). L’immobilier d’affaires y est en plein développement avec de récents immeubles de bureaux. Quadrillé par de nombreuses voies autoroutières, le secteur garde une accessibilité relativement simple bien que ses extrémités soient souvent congestionnées. Aux portes d’Achrafié, cette destination demeure attractive pour des professionnels qui cherchent de nouveaux bureaux à des prix compétitifs.
La rue Verdun se classe en huitième position avec un loyer moyen de 230 dollars le m2. La rue offre un panel très contrasté avec des nouveaux immeubles de qualité comme Verdun Twins, Ibiza et Verdun 732, mais également plusieurs immeubles de bureaux mal entretenus.
Le secteur Riad el-Solh fait de la résistance et maintient sa place dans le top 10. Pourtant cette partie du centre-ville a été fortement affectée par les manifestations de 2015 et les mesures de sécurité. Les loyers y sont en baisse, mais la moyenne se situe à 229 dollars le m2.
Le secteur Sodeco est porté par Sama Beirut – un gratte-ciel résidentiel avec un podium de bureaux où les loyers affichés sont de 300 dollars le m2. Le reste du stock à Sodeco est ancien. La moyenne des loyers chute à 217 dollars par m2.
Aucune rue du quartier Hamra ne figure dans ce classement. Les loyers sont touchés par la dégradation du stock des bureaux souvent négligés et mal entretenus. Aucune rue n’atteint la barre des 200 dollars par m2 (187 dollars pour la rue Souraty, 175 dollars pour la rue Makdessi et 164 dollars pour la rue Hamra). Les nouveaux immeubles de cliniques et de bureaux (Vision 1974 et Maamari 93) n’ont pas permis de redresser la moyenne.


Noms cités : Ramco
Les interviews
Les nouveaux projets