Nouveau projet
FortyFour, un micro-village à Saloumé
Guillaume Boudisseau, Mai 2014
55 000 m2 de surfaces vendables, 44 étages, 180 appartements, 200 bureaux, 45 boutiques, 5 000 m2 d’espaces verts privés, 4 000 m2 de terrasses, 15 ascenseurs, FortyFour s’impose
comme l’un des plus importants projets immobiliers de la périphérie de Beyrouth.

Situé dans le secteur Saloumé entre l’Académie libanaise des beaux-arts et le centre d’affaires Freeway, FortyFour s’étend sur une parcelle d’environ 16 000 m2. « Il s’agit d’un îlot avec quatre façades qui bénéficie d’un emplacement stratégique dans le Grand Beyrouth avec une accessibilité facile vu la proximité de trois grands axes routiers », précise Ziad Dagher, COO de M1 Real Estate, copropriétaire majoritaire du projet avec le groupe Démirdjian.
Dessiné par l’architecte Sarkis Azadian, FortyFour est une tour qui dispose de plusieurs entités indépendantes : des boutiques et des restaurants en façade, des bureaux du 1er au 12e étage, puis des appartements du 14e au 44e étage, des espaces verts de 5 000 m2, une garderie avec son jardin privé, des salles de gym, des piscines, des jardins suspendus.
« Au lieu d’utiliser toutes les surfaces constructibles dans un seul créneau, nous avons trouvé plus judicieux de répartir équitablement les fonctions pour que chacune soit complémentaire », précise Ziad Dagher.
La tour aura des murs-rideaux avec des baies vitrées sur la totalité de la hauteur des appartements pour améliorer la luminosité. Étant donné qu’il n’y a aucun vis-à-vis et que le premier niveau résidentiel est au 14e étage, les appartements bénéficieront de vues dégagées sur le littoral, Beyrouth et la montagne. Au total, FortyFour compte 180 appartements de 130 et 170 m2 avec deux à trois chambres à coucher. Chaque unité a deux places de parking.
« C’est un micro-village en hauteur avec toutes les facilités dont a besoin une famille. Finalement, il sera possible de vivre, travailler, manger, faire du sport, se détendre à FortyFour sans avoir besoin de sortir du complexe », explique Ziad Dagher.
Les promoteurs n’ont pas lésiné sur les détails avec des lobbys d’entrées de dix mètres de hauteur, quatre jardins suspendus aux 14e, 25e, 33e et 44e étages avec des piscines, et environ 200 places de parking pour les visiteurs. « Notre stratégie est de mettre à la portée des jeunes couples un style de vie de qualité tout en restant à 3,5 km de la place Sassine », affirme Ziad Dagher.
Le premier prix d’un appartement commence à 325 000 dollars et un bureau à 140 000 dollars. Les prix augmentent de 35 dollars le m2 par étage pour les appartements et 65 dollars le m2 pour les bureaux.
Les travaux ont commencé par la phase d’excavation en avril 2014 et devront s’étaler sur trois à quatre ans.
Initiée en automne 2013, la précommercialisation du projet a permis d’atteindre environ 40 % de ventes. « FortyFour sera un immeuble de référence. Avec ses 44 étages, la tour sera une adresse visible de la majorité de l’agglomération de Beyrouth », s’enthousiasme Ziad Dagher.
Dans un contexte de ralentissement du marché immobilier au Liban, la réussite du lancement de FortyFour prouve qu’il y a une attente pour des produits spécifiques. « Il est vrai que le marché traverse une phase difficile. Mais cela touche en premier les produits mal conçus, mal situés ou dont les prix sont incorrects. Notre projet a été étudié pour essayer de répondre à une demande insatisfaite. FortyFour confirme aussi que vivre en hauteur attire les Libanais », ajoute Ziad Dagher dont la compagnie termine également, pour l’automne 2014, la construction de M1 Building, un immeuble de bureaux haut de gamme au centre-ville, rue Omar Daouk.


Noms cités : Sarkis Azadian, Ziad Dagher, M1 Real Estate, Total
Les interviews
Les nouveaux projets