Pour une IIIe République libanaise
Nayla Mégarbané, Mai 2012

Par Mounir Corm
Éditions L’Harmattan, 2012
122 p., 14,85 €, Librairie Antoine

“Le pacte de vie commune”, “la patrie arabe”, “le président maronite et le Premier ministre sunnite”… autant de morceaux choisis d’imprécisions d’un texte aussi peu lu qu’il n’est respecté par les gouvernants : la Constitution libanaise. Telle qu’issue des accords de Taëf de 1989, elle cache des contradictions entre certains principes, une obscure répartition des pouvoirs et l’absence de mécanismes de régulation.
Ce petit livre analyse le texte et la pratique de la Constitution et apporte une contribution aux débats actuels en cours dans de nombreux organes de la société civile libanaise qui cherchent à déconfessionnaliser l’État. Il apporte un nouvel éclairage à la question de la diversité communautaire.