Accord avec le FMI pour un prêt de 4,8 milliards de dollars
P. S., Décembre 2012
 

Le FMI a annoncé avoir conclu avec le gouvernement égyptien un accord pour un prêt de 4,8 milliards de dollars sur 22 mois, destiné à aider l’Égypte à surmonter ses difficultés économiques. Cet accord, conclu par la mission d’experts du Fonds monétaire international en Égypte, doit encore être approuvé par le conseil d’administration du Fonds, qui se réunira à ce propos en décembre. « Les autorités égyptiennes ont mis au point un programme national destiné à faciliter la reprise économique, à s’attaquer aux déficits budgétaires et de la balance de paiements du pays, et à poser les bases d’une création d’emplois rapide et d’une croissance socialement équilibrée à moyen terme », a indiqué le chef de la mission du FMI en Égypte, Andreas Bauer. Selon lui, le gouvernement du président islamiste Mohammad Morsi a prévu « de réduire les gaspillages dans ses dépenses, en réformant notamment les subventions énergétiques et en les ciblant davantage sur les populations vulnérables ». Il prévoit aussi d’augmenter les recettes fiscales en réformant les impôts, qui deviendront plus progressifs mais aussi en créant une TVA, a-t-il ajouté, notant que les revenus ainsi obtenus permettraient d’augmenter les programmes sociaux et les investissements dans les infrastructures. Cet accord intervient après l’approbation par l’Union européenne d’un programme d’aide financière de 5 milliards d’euros à l’Égypte dont l’économie s’est sérieusement détériorée depuis la chute de Hosni Moubarak à la suite d’un soulèvement populaire en 2011. M. Morsi, premier islamiste mais aussi premier président civil à accéder à la tête du plus peuplé des pays arabes (83 millions d’habitants), avait sollicité en août dernier ce prêt de 4,8 milliards auprès du Fonds.


Noms cités : Hosni Moubarak