Égypte
Faibles performances de la Bourse en 2011
Pierre Sawaya, Mai 2012

Les événements politiques de 2011 ont profondément affecté la Bourse du Caire avec une fermeture pendant sept semaines suite à la chute de l’EGX30 (-16 % entre le 24 et le 27 janvier). Au-delà de ce choc, l’EGX30 a connu une baisse de 48 % sur l’ensemble de l’année, contre une progression de 15 % en 2010. Cette baisse est la plus importante par rapport aux indices similaires régionaux (Bahreïn -19 %, Maroc -13 %, Koweït -9 %, Arabie saoudite  -7 %). Les indices EGX70 et EGX100 ont connu des évolutions semblables (-44 % et -46 % respectivement sur l’ensemble de l’année 2011). La valeur des transactions s’est élevée à 148 milliards de dollars (-54 %), le nombre de titres échangés ayant avoisiné les 19 milliards (-45 % entre 2010 et 2011). La capitalisation boursière a, pour sa part, chuté de près de 40 %.
2011 a été caractérisée par le retrait massif des investisseurs étrangers du marché boursier égyptien (flux sortants d’une valeur de 4,3 milliards de dollars), qui ont largement contribué à sa dégradation. Quelque 70 % de la valeur des transactions en 2011 est le fait d’investisseurs égyptiens et 5 % des investisseurs étrangers viennent des pays arabes. De plus, les investisseurs institutionnels dominent désormais la Bourse du Caire (60 % de la valeur échangée en 2011, contre 50 % en 2010). Le marché des obligations a connu une forte chute (-50 % de la valeur des obligations échangées entre  2010  et  2011, et -50 % du volume échangé), les bons du Trésor représentant 99 % du total et 86 % du volume échangé.


Noms cités : LIA