Égypte
Le prêt du FMI s’élèverait à 3,2 milliards de dollars
Pierre Sawaya, Juin 2012

Le prêt négocié entre le Fonds monétaire international (FMI) et l’Égypte s’élèverait à 3,2 milliards de dollars, a indiqué la directrice générale de l’institution à Washington, Christine Lagarde.
Elle a expliqué que toutes les conditions n’étaient pas remplies pour le moment. « Si certains disent : nous ne sommes pas convaincus quant au FMI, alors c’est un peu un problème », a-t-elle estimé. La classe politique au Caire se montre très divisée sur la question. La principale force du Parlement, les Frères musulmans, refuse l’idée d’un prêt qui bénéficierait au gouvernement de transition nommé par l’armée. « Pour que nous accordions un prêt, cela exige, premièrement, que nous ayons négocié avec le pays et les autorités du pays un programme économique qui va effectivement aider ce pays à se sortir des difficultés dans lesquelles il est », a rappelé Lagarde.
« La seconde condition est qu’il y ait un soutien politique large de sorte à ce que notre prêt et notre programme économique dûment négocié avec les autorités tiennent », même après un changement de gouvernement, a-t-elle poursuivi. « Je veux aider l’Égypte, il n’y a aucun doute là-dessus. Mais cela doit être fait conformément aux principes auxquels nous obéissons », a-t-elle conclu.
Le FMI prévoit une croissance limitée à 1,5 % cette année en Égypte, puis 3,3 % en 2013.


Noms cités : PAC, PAL