Émirats arabes unis
Dubai Group veut vendre ses 45 % dans Lafarge Emirates Cement
Pierre Sawaya, Octobre 2012

Le groupe d’investissement public Dubai Group, lourdement endetté, cherche à vendre ses 45 % dans sa coentreprise Lafarge Emirates Cement. Cette coentreprise, créée en 2005 avec le français Lafarge et l’émirat de Fujairah, est en pleine restructuration et nécessite une recapitalisation que Dubai Group est bien incapable d’assurer compte tenu de ses 10 milliards de dollars de dettes. « La cession intéresse plusieurs acteurs locaux. Lafarge fait un pari de long terme sur le marché des Émirats arabes unis et tient donc à conserver sa participation, alors que Dubai Group a d’autres chats à fouetter », a dit une des sources. Le prix de la cession pourrait être équivalent au montant de l’injection de capital qui serait demandée à l’actionnaire pour la restructuration de Lafarge Emirates Cement, selon l’autre source. Lafarge Emirates Cement exploite une cimenterie à Fujairah, dans le nord des Émirats arabes unis, avec une capacité de production de 3,2 millions de tonnes, selon les données du groupe. Dubai Group, société d’investissement du conglomérat Dubai Holdings, symbolisait le développement de Dubaï avant d’être victime de la crise financière internationale, qui a fait fondre la valeur de son portefeuille d’investissements.
Le groupe multiplie depuis les cessions d’actifs et tente de restructurer sa dette, mais sans parvenir à s’entendre avec ses créanciers : Royal Bank of Scotland, Commerzbank et la banque sud-africaine Standard Bank ont d’ailleurs annoncé intenter une action en justice à son encontre.