Le FMI revoit ses prévisions de croissance pour le Liban à la baisse
27-04-2012 | par P.S. | source: The Lebanon Weekly Monitor
Mots clés : Croissance, FMI

Dans son rapport semi-annuel sur les perspectives de croissance au Moyen-Orient et dans la région d’Asie centrale, le Fonds monétaire international (FMI) a revu ses perspectives de croissance pour le Liban à la baisse en prévoyant un taux de 3% pour 2012 contre une estimation initiale de 3,5% en février.

L’institution a en outre indiqué s’attendre à un taux de 4,2% pour la région MENA, de 2,2% pour les pays importateurs de pétrole et de 1,8% pour les pays du Machrek en 2012.

Le FMI a par ailleurs prévu un taux de croissance de 4% pour le Liban en 2013 en comparaison avec une estimation de 3,7% pour les pays de la région MENA, de 3,6% pour les importateurs de pétrole et de 3,4% pour les économies du Machrek. Par ces prévisions, le taux de croissance prévu pour le Liban en 2012 fait du pays du Cèdre la huitième économie la plus rapide des pays arabes.

De plus, toujours selon les estimations du FMI, la croissance économique du Liban serait ainsi classée la 103e plus rapide dans le monde en 2012 et augmenterait à un taux similaire à celle de l’Australie, du Brésil, du Belarus et de l’Ukraine.

Le FMI a en outre prévu un déficit budgétaire de 8,1% du PIB en 2012 et de 8% en 2013, contre un taux de l’ordre de 5,6% en 2011. L’institution a indiqué s’attendre à des recettes publiques à hauteur de 24,2% du PIB en 2012, contre 35,3% du PIB dans les pays de la région MENA, 24,8% du PIB pour les pays importateurs de pétrole et 23,2% du PIB dans la région du Machrek. Par ailleurs, le FMI a prévu des dépenses publiques à hauteur de 32,4% du PIB en 2012, contre un taux de 32,2% pour les pays de la région MENA, de 33,8% du PIB pour les pays importateurs de pétrole et de 33,7% du PIB pour la région du Machrek.
 

Toujours selon les prévisions du FMI, la dette publique devrait diminuer en passant de 136,2% du PIB à la fin de 2011 à 135,3% du PIB fin 2012. Le total de la dette brute extérieure devrait quant à elle atteindre 175,8% du PIB à la fin de 2012 et 176,2% fin 2013, contre 174,5% du PIB à la fin de 2011, en comparaison avec un taux de 24,3% du PIB pour les pays de la région MENA fin 2012 et une estimation de 24,6% du PIB pour la fin 2013.

 


Les autres actualités de l'économie
Toute l'actualité: Affaires | Finances | Economie