Un article du Dossier

Cybercrime : les pirates à l’abordage des entreprises

Protection des systèmes d’information : face à la multiplication des occasions de fraudes dues notamment au développement des services en ligne, nous avons mis en place une infrastructure de sécurité solide qui repose sur les différentes circulaires relatives à la sécurité de l’information et la continuité des travaux que la Banque centrale et la Commission de contrôle des banques ont émis depuis l’an 2000. En plus, la Fransabank a adopté le standard international ISO:27001/2005 pour le développement des normes et procédures de sécurité. Par ailleurs, chaque année, un cabinet d’audit international effectue un exercice durant lequel notre système de sécurité informatique est soumis à un test rigoureux afin de s’assurer que les procédures internationales de sécurité sont bien établies.

Protection de services bancaires en ligne : la protection des renseignements personnels et financiers constitue l’une de nos priorités. Nous ne demandons jamais à nos clients de divulguer par courrier électronique des renseignements personnels, tels les mots de passe, les numéros de compte. En outre, nous nous apprêtons à lancer les identifiants à usage unique, délivrés via SMS ou message “pop-up” sur téléphones intelligents à chaque fois qu’un client accède à notre service de banque en ligne. De même, pour lutter contre les tentatives d’hameçonnage, nous utilisons le protocole SSL pour sécuriser les échanges d’informations ainsi qu’un certificat digital assurant l’authenticité de notre site Internet.

Protection des moyens de paiement électroniques et cartes de paiement : la carte à bande magnétique peut être sujette à des risques de fraude ou de duplication, bien que cela n’arrive pas souvent, car les banques peuvent bloquer à tout moment les cartes suspectes. Pour renforcer leur sécurité, nous avons entamé depuis 2011 un processus de migration progressive de toutes nos cartes vers la technologie de cartes à puce qui nécessitent un code PIN et ne peuvent pas être clonées. À ce jour, environ 85 % de nos cartes MasterCard sont à puce et cette stratégie s’étendra à toutes les cartes de crédit et de débit Visa et MasterCard. En ce qui concerne le paiement en ligne, nous avons émis des cartes uniquement dédiées à cet usage avec des plafonds d’utilisation prédéfinis pour minimiser les risques de fraude. Enfin, nous sommes également en train de nous conformer aux injonctions du standard PCI DSS imposé par Visa et MasterCard aux institutions financières traitant les cartes de paiement.
dans ce Dossier