Un article du Dossier

Les banques libanaises sont-elles solides ?

Freddie Baz, vice-président du conseil d’administration et directeur de la stratégie du groupe Audi

Résultats. En dépit d’un contexte d’incertitudes, le groupe Audi a réalisé une bonne performance au premier semestre de 2017. Ses profits consolidés ont atteint 308 millions de dollars, soit une croissance de 5,3 % par rapport à la période correspondante de 2016. En parallèle, les actifs consolidés du groupe ont atteint 43,9 milliards de dollars. Les résultats de la deuxième moitié de 2017 s’inscrivent jusque-là dans cette même lignée.

Stratégie. Notre stratégie à moyen terme consiste à consolider notre leadership sur le marché domestique, ainsi qu’en Turquie et en Égypte où nous avons une présence importante, tout en continuant d’augmenter les actifs sous gestion de la banque privée. Ces différents axes de développement devraient se traduire par une croissance soutenue, mais mesurée des actifs.

Défis. La stabilisation politique de la région et l’amélioration des perspectives macroéconomiques restent les principaux défis. L’instabilité génère de la volatilité ; la volatilité affecte la croissance et les taux d’intérêt et de change, ce qui limite la flexibilité de notre gestion des effets “quantité et prix” nécessaires à la croissance de notre activité et de nos résultats.

Atouts. Nous sommes probablement la banque la plus universelle au Liban, puisque nous bénéficions du taux de pénétration le plus élevé dans les principaux segments du marché, à savoir la banque de détail, la banque commerciale et la banque privée. 


Saad Azhari, PDG de la Blom Bank

Résultats. Au premier semestre 2017, les profits ont connu une croissance de 3 % par rapport à la même période de 2016, atteignant 233,5 millions de dollars, tandis que les actifs ont atteint 31,3 milliards de dollars fin juin, en hausse de 6,1 % sur un an, les dépôts 26,7 milliards (+7,5 %) et les prêts 7,69 milliards de dollars (+7,41 %).D’ici à fin 2017, nous prévoyons une hausse des profits similaire à celle enregistrée durant le premier semestre de l’année.

Expansion locale et internationale. La Blom Bank opère à travers un large réseau d’agences et de filiales implantées dans douze pays au Moyen-Orient et en Europe, tout en poursuivant sa politique de proximité auprès de ses clients au Liban, où elle dispose désormais de 74 agences, après la fusion avec la HSBC en juin dernier. L’international représente plus de 25 % de notre activité, et notre objectif stratégique est d’atteindre 50 % à moyen et long terme. À l’heure actuelle, nous consolidons notre présence en Égypte et en Jordanie à travers l’ouverture de nouvelles agences.

Principaux défis. Il existe quatre principaux défis auxquels fait face le secteur bancaire à l’heure actuelle : l’exposition aux instruments financiers souverains qui représentent environ 54 % des actifs du secteur, la situation géopolitique régionale, la forte concurrence sur un marché local encombré et l’application des nouvelles normes internationales concernant le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et l’évasion fiscale, sans oublier les nouvelles réglementations en matière de conformité. La Blom a réussi à relever ces défis grâce notamment à une politique conservatrice, le développement de nouveaux produits et services innovants, et le contrôle de l’exposition au risque souverain.

Inclusion. Nous proposons désormais des produits qui touchent de nouvelles catégories sociales, visant une plus grande inclusion financière.


Adnan Kassar, président du groupe Fransabank

Bilan. Notre groupe a connu une croissance soutenue au premier semestre, avec un total actifs d’environ 21,4 milliards de dollars et des bénéfices nets de 84,7 millions de dollars, ce qui nous laisse présager des résultats satisfaisants sur l’ensemble de l’année.

Principaux défis. Il existe quatre catégories de défis que nous œuvrons à relever : d’abord au niveau de la rentabilité, le marché étant très compétitif, nous cherchons à optimiser les conditions appliquées à nos produits et à maîtriser les coûts et les charges. Quant au deuxième défi, il s’agit de la conformité, et du respect des règles locales et internationales, notamment celles exigées par Bâle III et les nouvelles règles comptables et financières IFRS9 que nous appliquons à la lettre. Le troisième défi consiste à poursuivre notre développement sur le marché local, à élargir notre base clientèle à l’étranger avec un focus particulier sur le continent africain, et à être la banque de référence pour le développement de la relation entre notre région et la Chine.

Métiers/atouts. Nous sommes une banque universelle qui propose à sa clientèle tous types de produits bancaires, avec la particularité de pouvoir proposer des produits et des services complémentaires tels que la bancassurance, le leasing, la banque privée et d’investissement. Nous restons avant tout une banque de proximité fondée en 1921, la plus ancienne du Liban, et jouissant du plus large réseau d’agences sur le territoire. Nos relations privilégiées avec les institutions internationales nous donnent, par ailleurs, accès à des ressources à long terme à des conditions préférentielles pour soutenir l’économie nationale. 


Semaan Bassil, PDG de la Byblos Bank

Résultats. Sur les six premiers mois de 2017, les résultats financiers de la Byblos Bank ont reflété le niveau de risque que la banque s’est assignée de respecter. La banque applique depuis plusieurs années une politique prudente. L’objectif est de renforcer les actifs liquides, de maintenir un portefeuille de crédit sain et d’assurer des fonds propres solides, afin d’amortir les chocs potentiels pouvant provenir de l’instabilité locale et régionale. D’ici à fin 2017, nous ne nous attendons pas à d’importants changements au niveau local. Cependant, nous travaillons à différents niveaux pour être prêts à réagir activement lors de la reprise de l’économie dans les années à venir. 

Développement. La Byblos Bank opère dans certains pays émergents à fort potentiel économique qui ont été affectés au cours des dernières années par des sanctions économiques, des conflits militaires ou une baisse de leurs revenus. Nous travaillons toutefois à assurer les ressources adéquates permettant à la banque de profiter des éventuels retournements positifs dans ces pays. Par ailleurs, nous continuons d’étudier de nouvelles opportunités d’expansion qui peuvent se présenter, que ce soit au niveau local ou international. 

Avantages. Aujourd’hui, toutes les banques disposent de produits et de services plus ou moins similaires. La Byblos Bank se démarque toutefois des autres établissements par un service de grande qualité et des produits adaptés aux besoins de ses clients. 


Mohammad Ali Beyhum, directeur général exécutif de Bankmed

Bilan. Bankmed a connu une performance soutenue au premier semestre de 2017. Le résultat net de la banque a progressé de 2,1 % pour atteindre 79,4 millions de dollars, contre 77,1 millions de dollars au cours de la même période de 2016. Cette progression est le résultat d’un modèle d’activités diversifiées ainsi que de la synergie entre les entités locales et régionales de la banque. 

Présence à l’international. Bankmed jouit d’une forte présence au Dubai International Financial Center (DIFC), en Arabie saoudite, en Turquie – à travers Turkland Bank (T-Bank) qui compte 33 agences – ainsi qu’en Irak, à Chypre et en Suisse. Alors que toutes les entités régionales ont contribué à la croissance observée jusque-là, Bankmed Suisse, qui opère à Genève depuis plus de 30 ans notamment dans le domaine de la banque privée, demeure l’un de nos principaux leviers. 

Métiers et stratégie. Bankmed offre un large éventail de services couvrant la banque d’affaires, la banque de détail, la banque privée, la banque commerciale internationale, les services dédiés aux PME, la banque en ligne, la gestion d’actifs, les opération de trésorerie, en plus du financement commercial et de la microfinance. En outre, la banque d’investissement et l’activité d’exécution de négociation de titres jouent un rôle central dans les opérations de la banque. En 2017, nous avons centralisé toutes les activités d’investissement, de couverture et de négociation afin de mieux servir nos clients et assurer une couverture complète de toutes les classes d’actifs. La banque investit également dans le secteur des assurances. Récemment, Bankmed a complété le processus d’obtention de licence pour créer une filiale de Group Med Reinsurance Brokers au Royaume-Uni.


Walid Raphaël, PDG de la Banque libano-française

Bilan. La BLF a réalisé une excellente année 2016 avec un profit de plus de 111 millions de dollars et une croissance des actifs de plus de 9 %, à 12,7 milliards de dollars. En 2017, nous capitalisons sur la bonne performance de l’an dernier. Malgré la détérioration de la situation au Liban, dans la région et à l’international, nous poursuivons notre stratégie de croissance. 

Présence. La BLF opère avec un réseau local de 57 agences. À l’étranger, le groupe est présent en France et à Chypre, en Suisse, aux Émirats arabes unis, au Nigeria et en Irak. Nos filiales assurent près de 13 % de nos profits consolidés. Cependant les marchés que nous couvrons connaissent des situations instables peu propices au développement des affaires. 

Défis majeurs. En l’absence d’un budget public et de réformes essentielles, les nouvelles réglementations fiscales constituent un premier défi majeur. Nous devons également surmonter des défis relatifs à la situation régionale… ainsi qu’à l’instauration de l’échange automatique d’informations fiscales qui augmente notre charge de travail. Nous restons toutefois positifs et entrevoyons de nouvelles perspectives, notamment par rapport au rôle que pourraient jouer les banques dans le cadre de la nouvelle loi sur le partenariat public-privé.  

Principaux atouts. Nous sommes historiquement reconnus pour notre savoir-faire dans le financement des grandes entreprises et des PME. Nous disposons également de fortes compétences dans le domaine du financement des activités commerciales. Nous sommes actifs à l’international. La BLF détient aussi 37 % de parts de marché du financement “green” sur le marché local. 


Michel Khadige, directeur du Corporate Banking et des institutions financières du Crédit libanais

Métiers. Le Crédit libanais est l’un des groupements bancaires les plus importants du pays. Fondé en 1961, il offre à sa clientèle, en plus des services bancaires traditionnels, les services d’une banque d’investissement, d’une banque islamique, ainsi que la gestion du crédit-bail (leasing) et de l’immobilier, sans compter le commerce électronique, les cartes intelligentes de paiement et les produits bancassurance. Sur le plan électronique, la banque permet un accès facile et sécurisé à ses clients grâce à un service bancaire électronique de pointe disponible 24h/7j, un centre de service à la clientèle innovant, une application CL e-bank, plus de 10 000 points de vente au Liban, 95 distributeurs automatiques de billets (DAB) et 150 000 cartes bancaires distribuées, parmi tant d’autres.

Présence à l’international. Le Crédit libanais offre son large éventail de produits et services bancaires à travers un vaste réseau couvrant 77 agences au Liban et à l’étranger : à Limassol (Chypre), à Manama (Bahreïn), à Bagdad et à Erbil en (Irak), un bureau de représentation implanté à Montréal et une filiale bancaire, le Crédit International SA (CISA) au Sénégal.  

Stratégie. La stratégie du Crédit libanais est de continuer d’assurer des services de qualité aux clients au Liban et dans le monde, tout en respectant les lois et les meilleures pratiques bancaires et financières, pour garantir une croissance durable aux actionnaires, aux employés et aux clients.


Salim Habib, PDG de l’IBL Bank

Performance. L’IBL a réalisé une bonne performance durant l’année écoulée. Nos fonds propres ont augmenté de plus de 18 %, nos dépôts de plus de 8,7 % et nos profits de plus de 19 %. Ces résultats sont le fruit de l’application d’une politique bancaire transparente et prudente, reposant sur une stratégie évolutive qui nous a permis d’intégrer le groupe alpha. Stratégie. Les piliers de la stratégie de l’IBL sont au nombre de trois : l’efficience, l’efficacité et l’effectivité. C’est cette tridimensionnalité qui nous a ouvert la voie de l’expansion et du développement local, international et régional, et les résultats financiers obtenus par rapport aux moyens mis en œuvre nous ont démontré le bien-fondé de cette stratégie. 

Conformité. L’IBL, en collaboration avec la BDL et l’Association des banques, continuera à mettre en œuvre les actions et les mesures nécessaires pour maintenir une gestion saine, transparente et conforme aux normes et réglementations, en dépit de tous les défis. La mise en œuvre des normes internationales pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme est une priorité pour l’IBL, car elle protège nos clients, nos partenaires et notre économie. Nous sommes très vigilants à cet égard et nous appliquerons toutes les directives et consignes émanant des autorités monétaires. 

Avantages. Les principaux atouts de l’IBL reposent sur deux avantages concurrentiels. Le premier est notre capacité à proposer des produits ou des services à des prix inférieurs à la moyenne du marché. C’est notre avantage comparatif. Le second est un avantage différentiel, grâce à des produits et des services qui se démarquent par rapport à la concurrence. 


Élias Alouf, directeur général de la BSL Bank

Résultats. Les résultats financiers à fin juin 2017 ont plus que doublé par rapport à la même période de l’année précédente. Cela devra se traduire par une amélioration significative du résultat net en fin d’année, en dépit de la nouvelle loi sur les impôts qui engendre un coût supplémentaire non négligeable pour les banques. 

Stratégie et défis. Notre stratégie de développement se base essentiellement sur les métiers de la banque de détail et sur les crédits commerciaux. La BSL Bank est une banque de taille moyenne. Elle vise à atteindre une taille critique qui lui permettra d’optimiser ses investissements et de réaliser des économies d’échelle. L’acquisition de parts de marché est le seul moyen d’atteindre cet objectif et notre politique de produits y joue un rôle central. En 2017, la banque a lancé un prêt logement et un prêt personnel innovants qui nous ont permis de gagner un nombre substantiel de clients. Nous entendons continuer sur cette lancée. 

Principaux atouts. Forte de 100 ans d’existence, la banque bénéficie d’une longue tradition bancaire et d’une réputation de crédibilité et de solidité, renouvelée grâce à une politique conservatrice. D’autre part, notre taille moyenne nous confère l’avantage de la flexibilité, de la dynamique de l’innovation et d’une haute réactivité par rapport aux besoins du marché. Sans compter le recrutement de professionnels qui apportent un savoir-faire et une dynamique nous permettant de concurrencer les grands établissements de la place. 

dans ce Dossier