Et si la fameuse résilience du Liban n’était qu’un mirage ? Qu’au lieu de renforcer la stabilité financière et les banques, la politique de la Banque centrale, couplée à des déficits publics croissants, les a fragilisés ? Ce point de vue, défendu par l’économiste Toufic Gaspard, a suscité une levée de boucliers, notamment de la part de la BDL. 

Hassan Assal