Château Kefraya est la première entreprise agricole du Liban et de la région à se doter d’une solution technologique dédiée à l’Internet des objets (IoT), qui s’appuie sur un réseau longue portée à bas débit. Un projet pilote en attendant le  déploiement d’un réseau national dédié aux objets connectés.

C’est une première au Liban et dans la région en matière d’agriculture de précision : Château Kefraya expérimente une solution dédiée à l’Internet des objets (IoT), en s’appuyant sur un réseau longue portée à bas débit, appelé aussi par son acronyme LoRaWAN (Long Range Wide-area network, en anglais). Récent - il a été initié en 2012 par une société française - ce réseau facilite la communication des objets connectés grâce aux ondes et modulations radio.

Dans la propriété vinicole de 300 hectares, nichée au fin fond de la Békaa Ouest, six parcelles de syrah ont été équipées de capteurs enfouis dans le sol ou grippés aux rameaux des vignes. Ces appareils enregistrent puis envoient les données dans le «cloud» de Kefraya grâce à une antenne relais, installée dans l’enceinte de la cave, à environ deux kilomètres du vignoble. Compilées dans un logiciel, véritable tableau de bord de la vigne et du vignoble, les informations sont ensuite dispatchées sur les ordinateurs et les téléphones de l’équipe de Kefraya, qui les consultent en temps réel. «Nous mesurons des données comme l’humidité et la température de l’air ou du sol, la pression atmosphérique, la luminosité, la chaleur…», explique Edouard Kosremelli, directeur général de Château Kefraya.

Outil d’aide à la décision