L’organisation philanthropique accompagne sept sociétés à fort impact social. Une condition : les profits doivent être réinvestis dans l’activité.

Samer Sfeir et Élie Matta doivent en grande partie la pérennité de M Social Catering à Alfanar.
Samer Sfeir et Élie Matta doivent en grande partie la pérennité de M Social Catering à Alfanar. M Social Catering

La pérennité de leur entreprise, M Social Catering, Samer Sfeir et Élie Matta la doivent en grande partie à Alfanar, une association philanthropique créée à Londres en 2004 par le Libano-Palestinien Tarek Ben Halim, un ancien banquier de Goldman Sachs, aujourd'hui décédé. L’idée de départ a émergé sur les bancs de l’université en 2009. Les deux étudiants soutenaient à l’époque des familles défavorisées, pour le compte desquelles ils collectaient de la nourriture et des vêtements. Mais au bout de quelques mois, Samer Sfeir désespère. « Ces personnes n’étaient pas sorties de la pauvreté, je me suis demandé comment les soutenir sur le long terme ? » Il trouvera la réponse trois ans plus tard : l’entrepreneuriat social. Le concept né dans les années 1990 entre l’Europe et les États-Unis vise à créer une activité économique viable tout en répondant aux besoins sociaux et environnementaux. Dans ce modèle, les revenus générés ne sont pas une fin en soi, mais un moyen de servir l’intérêt général. Les deux associés créent une entreprise de traiteur, M Social Catering. Côté revenus, ils délivrent des plats préparés à des entreprises et des ONG libanaises. Côté impact social, ils forment dans leurs cuisines des personnes en difficulté, destinées à être ensuite embauchées dans d’autres sociétés. « Depuis nos débuts, nous avons formé 150 personnes dont 85 ont ensuite trouvé un emploi ailleurs, revendique Samer Sfeir. Notre taux d’intégration, au-dessus de 50 %, est l’un des meilleurs du Liban. » Ils reçoivent un premier coup de pouce en 2012 en décrochant une bourse de 7 000 dollars lors d’un concours régional organisé par l’ONG Injaz. Mais le véritable tournant a été leur rencontre, trois ans plus tard, avec Alfanar. L’organisation applique les recettes et les outils du capital-risque au domaine philanthropique, avec l’objectif de soutenir des organisations ou des entreprises arabes à l'action efficace et durable, et à l'impact social élevé. Alfanar ne se contente pas de les financer, elle s’implique fortement dans la gestion quotidienne et leur apporte son expertise technique.

Implantée au départ en Égypte, elle a depuis étendu ses activités au Liban à partir de 2012. Elle y soutient aujourd’hui sept organisations engagées dans l’éducation, l’émancipation des femmes ou la formation professionnelle. « À la différence de beaucoup de donateurs qui se concentrent sur des projets donnés, nous misons sur le long terme, explique Myrna Attala, directrice exécutive d’Alfanar. Pour créer des emplois et faire la différence, il est indispensable de soutenir la croissance des différents acteurs. » Depuis 2015, M Social Catering a ainsi reçu d’Alfanar près de 120 000 dollars. « Ces fonds nous permettent d’investir dans la structure de l’entreprise », explique Samer Sfeir. Dernier achat en date : un camion à 17 000 dollars. « Nous allons livrer nous-mêmes nos commandes au lieu de sous-traiter, comme c’était le cas jusqu’ici. » En deux ans, M Social Catering affirme avoir multiplié ses ventes de plats préparés par deux. Cette expansion, Samer Sfeir la doit beaucoup aussi à l’accompagnement stratégique proposé par Alfanar (conseils, business plan, branding…). « C’est un gros changement pour une ONG d’apprendre à penser comme une entreprise », remarque Myrna Atalla. C’est à l’issue de ces réunions que Samer Sfeir et Élie Matta ont par exemple opté pour le nom de M Social Catering. « Au début, nous avions choisi Mommy Made, or un client qui souhaite passer une commande pour 200 personnes ne va pas se diriger vers un traiteur dont la nourriture semble “fait maison”. Ce repositionnement a eu un impact évident sur nos ventes, la perception de nos clients a changé. »

L’entrepreneuriat social à ses balbutiements au Liban