Pour recevoir cette lettre par mail, cliquez ici


Rien n'est plus ridicule que d’entendre les députés libanais parler de «souveraineté» et de «respect des lois et de la Constitution». D’autant plus quand ces mots sont prononcés par le membre d’un parti qui crie haut et fort son allégeance à l’Iran. Mais Hassan Fadlallah n'a peur de rien.

À l’issue d’une réunion ce lundi des commissions parlementaires chargées de plancher sur un projet de prêt avec la Banque mondiale, le député du Hezbollah a critiqué le gouvernement sortant qui n’aurait pas «joué son rôle pour que l’accord respecte la Constitution, les lois et la souveraineté». «Il est vrai que les institutions de l’État sont dans un piteux état et qu’il y a

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample