Pour recevoir cette lettre par mail, cliquez ici

Il y a un peu moins d’un an, en avril 2020, le gouvernement de Hassan Diab approuvait un plan de sauvetage qu’on avait qualifié de «douloureux». On se doutait qu’il serait difficile de le mettre en œuvre, mais le scénario alternatif était tellement sombre qu’on refusait de l’envisager. On ne pouvait, ne voulait, pas croire que la classe politique opterait pour un non-sauvetage, mille fois plus douloureux. Le taux de change était alors à un peu plus de 4000 LL

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample