Pendant trente ans, on a dit aux Libanais que leurs dépôts dans les banques étaient en dollars, et qu’un dollar valait 1500 livres. Il y a un an et demi, les Libanais ont découvert qu’il n’en était rien. Que leurs comptes ne leur donnent pas droit à des billets verts, mais à des livres libanaises qui, en réalité, ne valent pas grand chose. Qui le savait déjà? Depuis quand? Aurais-t-on pu éviter le pire?

Comme toujours dans le modèle libanais, la responsabilité est partagée et n’incombe donc à personne. Les banques expliquent que l’argent des déposants est à la BDL. La Banque centrale assu

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample