Depuis le début de la crise, la Banque du Liban a perdu près de la moitié de ses réserves en devises. Plus de 13,4 milliards de dollars, dépensés pour maintenir un semblant de stabilité sociale. C’est dire le coût, financier, de l’incompétence politique, sans parler de son coût économique et social, colossal.
Depuis octobre 2019, des choix auraient pu être faits, des décisions prises, des réformes lancées, mais la classe politique a préféré utiliser l’argent des Libanais pour acheter du temps, bricoler des taux multiples pratiques pour alléger les pertes des banques, soutenir quelques importateurs, alimenter la contrebande, le tout sous couvert d’une «politique» de subventions, qui bénéficie moins à ceux qui ont le plus besoin qu’aux autres.

Ce choix a permis aux principales figures politiques, conspuées par la rue il y a encore un an et demi, de rester dans le jeu, de mener une contre-révolution en exploitant la détresse des gens, de nourrir la peur de l’autre et ranimer les tensions confessionnelles. Faire oublier le «kellon yaané kellon» pour revenir à la formule 14 mars/8 mars.

Ils ont si bien réussi, que lorsque la crise en est arrivée à menacer la cohésion sociale et la fourniture des services les plus élémentaires comme le courant électrique (y compris

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample