Le GAFI (Groupe d’action financière sur le blanchiment des capitaux) a retiré le Liban de sa liste noire des pays jugés non coopératifs en matière de lutte contre le blanchiment de l’argent. Ce retrait est le fruit de la coopération entre la BDL, la justice, les banques et le gouvernement. Le secret bancaire a été cependant maintenu, sauf en cas de soupçon sérieux de blanchiment. Suite à ce développement, le département américain du Trésor a adressé une recommandation aux institutions financières et aux banques américaines, leur permettant de relâcher leur surveillance sur les transactions qu’elles effectuent avec des correspondants libanais.