Ex-publicitaire devenu pâtissier.

Raja Farah n’a pas pignon sur rue. Pas le temps de chercher un local, pas les moyens non plus. Son argent, il l’a mis dans un métier de bouche qui le taraude depuis son enfance : la pâtisserie. Il faut dire que l’homme n’a pas connu un parcours professionnel linéaire. « Pas facile de se relancer à 35 ans », dit-il succinctement.

Ce jeune homme, l’air d’un intello de Saint-Germain-des-Prés ou

dans ce Dossier