Chargé par le gouvernement de penser l’avenir de l’économie libanaise, le cabinet de conseil McKinsey & Company préconise un changement de modèle économique.

Remonter le moral des troupes, c’est l’objectif affiché de la publication, début janvier, d’une étude commandée par le gouvernement sortant au cabinet de conseil international McKinsey & Company. Cette étude, achevée en juillet dernier, devait être discutée en Conseil des ministres puis transformée en stratégie nationale. Mais face au retard pris dans la formation du gouvernement, le ministre sortant de l’Économie, Raëd Khoury, s’est impatienté. « La situation économique est mauvaise, je veux donner de l’espoir aux gens », a-t-il expliqué au quotidien The Daily Star. La lecture des plus de 1 200 diapositives de la présentation PowerPoint postée sur le site du ministère est pourtant loin de faire rêver.

Sur le principe, débourser 1,3 million de dollars pour une “vision économique nationale” rédigée par des consultants étrangers dans un pays qui ne manque pas de talents est un peu ironique. La démarche, inspirée des pays du Golfe, se veut néanmoins salutaire, puisque le but est de « générer de la croissance et des emp

dans ce Dossier