La commande en ligne et la livraison de repas connaissent un succès croissant au Liban. En quelques années, de nouvelles plates-formes ont fait leur apparition, révolutionnant notre façon de manger au quotidien. Mais si les consommateurs adorent, le modèle économique de ces start-up reste encore à pérenniser.

Les consommateurs adorent  de plus en plus se faire livrer leurs plats cuisinés ou leurs salades
Les consommateurs adorent de plus en plus se faire livrer leurs plats cuisinés ou leurs salades

La foodtech ? Vous en avez vraisemblablement déjà entendu parler sans trop savoir ce qu’elle recouvre tant est large sa définition. Le terme englobe l’ensemble des start-up du domaine alimentaire qui innovent sur les produits, la distribution, le marché ou le modèle économique.

Entre commandes en ligne, livraisons à domicile, création de steak végétalien, analyse de la traçabilité des ingrédients, lutte contre le gaspillage et coaching alimentaire… Le monde de la foodtech s'annonce presque sans limites.

Autres articles de ce dossier

Les quatre principaux acteurs de la Foodtech libanaise

Pour les livreurs, la précarité domine

Joanna Kyrillos, avocate à la cour : "les Livreurs étrangers sont prêts à travailler pour un salaire inférieur à celui des Libanais."

«Le secteur bouillonne dans le monde entier», reconnaît Jad al-Boustani, directeur exécutif du fonds de capital-risque libanais Middle East Venture Partners (MEVP).

Au Liban, l’écosystème reste encore assez limité : si on compte bien quelques “restaurants fantômes” – des établissements virtuels pour lesquels on ne peut que se faire livr

dans ce Dossier

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample