Ramco Trading & contracting, une société de bâtiment et de travaux publics (BTP), fondée en 1967 par le très discret Wassim Ammache, a remporté l’appel d’offres pour le ramassage, le balayage et le transport des déchets ménagers de la ville de Beyrouth, si on en croit des sources au sein de la municipalité.

L’homme d’affaires n’a pas souhaité confirmer l’information au Commerce du Levant. 

L’entreprise, qui doit débuter ses activités début 2018 dans la capitale libanaise, met fin au règne sans partage, pendant vingt ans, de la société Sukleen du groupe Averda, dont le premier contrat remonte à 1997.

Le contrat de Ramco, qui concerne les 700 tonnes de déchets ménagers, produits quotidiennement dans la capitale, aurait était octroyé à Ramco pour une durée de cinq ans, pour un montant de quelque 70,8 millions de dollars au total. 

Ramco est un nouvel acteur dans le secteur des déchets. L’entreprise a en effet signé son premier contrat en mai dernier, en joint venture avec le turc Atlas Yapi San, pour le ramassage et le transport des déchets ménagers du Metn et du Kesrouan durant sept ans. Le montant du contrat s’élève à 86 millions de dollars pour un volume de quelque 1 050 tonnes quotidiennes. 

Ramco figure également parmi pour les huit sociétés qui participent aux préqualifications dans le cadre d’un appel d’offre lancé par la municipalité de Beyrouth pour la construction et l’exploitation d’une usine de revalorisation des déchets en énergie (waste to energy). 

Si l’on en croit différentes sources, la municipalité envisage la construction d’un incinérateur à la Qarantaine, sur l’actuel site des abattoirs. 

Dans le cadre de ce projet, l’entreprise de Wassim Ammache a présenté une offre en association avec la société chinoise Doosan Lentjes et la société turc, déjà partenaire dans le Metn.