Plus rien n’arrête le café Urbanista. En cinq ans à peine, la marque a ouvert sept établissements à Beyrouth. Le dernier en date, ouvert en octobre, est situé dans l’immeuble M1 au centre-ville.

« Dans ce quartier, on ne trouve pas un ticket moyen à moins de 40 dollars par personne. Nous pensons qu’il y a de la demande pour un concept comme le nôtre, un endroit qui propose un menu divers et abordable aux cadres des bureaux avoisinants », explique Zeina el-Eid, fondatrice de la marque. Avec 225 m2 répartis sur deux étages, Urbanista M1 peut accueillir 120 personnes assises pour un ticket moyen autour de 18 dollars. À M1, le café se donne pour la première fois une identité plus nocturne avec une plus grande sélection de cocktails, un menu allégé et un DJ.

Zeina el-Eid a toujours su qu’elle voulait ouvrir un café. Après un long tour du monde où elle s’inspire des cultures des différents pays visités, l’aventure Urbanista commence en 2012 avec son mari Houssam el-Eid. Ensemble, ils ouvrent le premier établissement de la marque rue Gouraud, à Gemmayzé. À l’époque, il s’agit du premier café du quartier à se positionner quasiment comme un espace de coworking avec des tables partagées, un service continu, une carte bio abordable et une connexion à internet d’une rare qualité. Le succès est immédiat et les 900 000 dollars d’investissements – fonds propres, prêt bancaire et Kafalat Plus – sont amortis en trois ans.