Depuis la décision du président du Parlement, Nabih Berry, de rouvrir début janvier le secteur de la place de l’Étoile au public et d’alléger les mesures de sécurité, les propriétaires des bureaux et des locaux commerciaux espèrent un retour de la demande. Les disponibilités ne manquent pas et les loyers sont en baisse. Mais l’avenir de ce quartier en berne depuis plusieurs années reste incertain. 


Il a suffi de quelques heures pour retirer les blocs de béton, les barbelés et les barrières métalliques qui encerclaient le secteur de la place de l’Étoile au centre-ville de Beyrouth. Ces mesures de sécurité avaient été mises en place suite aux manifestations liées à la crise des déchets durant l’été 2015. Face à la succession de rassemblements, les autorités avaient sécurisé les rues autour du Parlement et de plusieurs ministères, dont celui des Finances. Le secteur était devenu un véritable bunker et le va-