Mais qu’ont les designers libanais à vouloir tous imaginer des chaussures ? Après Marc Dibeh, qui a conçu une paire de baskets pour Bensimon, c’est au tour de Nada Debs de s’associer au bottier italien Fratelli-Rossetti. Pour cette vénérable maison milanaise, la designer libanaise a imaginé une paire de sandales, dont le talon s’inspire de la technique traditionnelle de la marqueterie ottomane. En noyer massif, il est en effet incrusté d’une série de zigzags nacrés. Cette première collaboration est née du hasard : Mario Rossetti, le directeur artistique de la marque italienne fondée en 1953, a découvert l’atelier de Nada Debs alors qu’il déambulait dans Beyrouth lors de quelques heures volées à un voyage d’affaires. Presque aussitôt, les deux créateurs se sont reconnus : un même goût pour les belles matières, un même penchant pour les finitions impeccables. « Qu’il s’agisse d’un meuble ou d’une chaussure, le processus de création ne diffère guère. Le défi a été de parvenir à lui associer le savoir-faire technique de la maison Rossetti », explique Nada Debs.

Édition limitée (60 paires seulement), ces sandales à talons sont disponibles en deux versions (nubuck crème et rouge). On les trouve à Beyrouth et à Milan dans les boutiques Fratelli Rossetti, ainsi qu’en petit nombre sur le site internet de la marque italienne.

www.fratellirossetti.com, 810 dollars la paire