Ingénieur agronome et consultant pour différentes organisations internationales, Philippe Grondier souligne les risques que fait peser la crise sur la production agricole, et lance des pistes de réflexion pour sauver le secteur.

Philippe Grondier vit et travaille depuis plus de 25 ans au Liban. Il a rédigé de nombreux rapports sur l’agriculture pour le compte d’organisations internationales, dont un récent qui évalue les effets de la crise économique et financière sur le secteur.
Philippe Grondier vit et travaille depuis plus de 25 ans au Liban. Il a rédigé de nombreux rapports sur l’agriculture pour le compte d’organisations internationales, dont un récent qui évalue les effets de la crise économique et financière sur le secteur.

Comment s’annonce la prochaine saison agricole au Liban ?

En 2019, les volumes ont été globalement normaux. En 2020, cela ne sera pas le cas. Les sociétés d’intrants font état d’une chute des ventes de pesticides, engrais et semences de 30 à 60% suivant la gamme de produits. Corrélés à d’autres remontées de terrain, ces chiffres sont alarmants : ils signifient que la production agricole va baisser. Et ce, dès la prochaine saison qui débute en novembre. Dans le Akkar, par exemple, les agriculteurs ont planté deux fois moins de surfaces sous serres par rapport à la dernière saison d’hiver. Ces productions permettaient au pays d’être autosuffisant en tomates, concombres, et autres légumes, et ne peuvent pas être suppléées par l’importation. Leur transport s’avérant trop onéreux dans le contexte, qui plus est, de dépréciation de la monnaie nationale. Les étals risquent donc de manquer des légumes de base de la cuisine libanaise. La population se rabattra sans doute sur des produits de remplacement comme les pâtes, le riz ou les pommes de terres. Mais si les subventions des denrées de première nécessité mises en place par la banque centrale sont levées, les produits importés deviendront trop onéreux pour les plus défavorisés.

Qu’en est-il de la pomme de terre, dont la production locale suffit pour couvrir la

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample