L’armée souffre. Oh la grande et belle surprise! Pour quiconque est payé en livres libanaises, la nouvelle n’a rien de bien singulier. Comme les fonctionnaires de l’État, qui appellent à une grève ce vendredi, comme la plupart des salariés du privé, les soldats ont vu leur pouvoir d’achat balayé. Avec un dollar à plus de 10.000 livres cette semaine sur le marché noir, il n’en reste plus rien. «Vous voulez une armée ou vous n’en voulez pas?» a interpellé ce lundi le commandant en chef, le général Joseph Aoun, e

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample